Chartreuse de Vaucluse : Jura

Chartreuse de Vaucluse : Jura.

Chartreuse de Vaucluse

Chartreuse de Vaucluse

La Chartreuse de Vaucluse ( du nom de la forêt qui la domine) est une abbaye du XIIe siècle construite par des moines chartreux de l’ordre de St Bruno désireux de trouver le calme et la sérénité en ces lieux. Le site de Vaucluse signifiait vallée close.

Encaissée et bordée de forêts épaisses, c’est là que sera fondée en 1139, la Chartreuse de Vaucluse. Elle est l’une des plus anciennes de l’ordre. Elle abritait une douzaine de prêtres répartis autour du grand cloître dans des cellules individuelles.

Car le silence et l’isolement étaient nécessaires à la prière.

Chartreuse de Vaucluse

Chartreuse de Vaucluse

De la Chartreuse de Vaucluse, il ne reste que la porte et les pavillons d’entrée du monument qui ont soigneusement été démontés puis remontés au-dessus du niveau des eaux du lac et sont ainsi accessibles aux promeneurs.

Le site immergé de la Chartreuse de Vaucluse est situé à une profondeur comprise entre 45 et 70 mètres correspondant à l’ancien lit de l’Ain. Il n’est accessible qu’à des plongeurs expérimentés en raison de l’obscurité totale des lieux et d’une température de l’eau variant entre 2 degrés en hiver et 8 degrés en été.

Une pression supérieure à 6 bars, une eau froide et obscure ainsi qu’une teneur en oxygène inférieure à 8 mg/litre ont conduit une société vigneronne, en mai 2008, à immerger volontairement dans les ruines de la Chartreuse de Vaucluse 276 bouteilles de vin d’Arbois dans le but de tester l’évolution de leur contenu.

Tous les 20 ans, une caisse de 24 bouteilles est remontée à la surface en vue d’observer la vinification à une telle profondeur, en parallèle avec les bouteilles naturellement conservées en cave.

Chartreuse de Vaucluse

Chartreuse de Vaucluse

 

 

Méditation : Lâcher prise

Méditation

« Il n’est pas nécessaire de méditer au nom de Jésus, de Bouddha ou de qui que ce soit. Il suffit de méditer, tout simplement. Méditer. »

Yehudi Menuhin

Méditation:

S’immobiliser. Se taire. Être témoin de ce qui se passe en soi. Pour beaucoup d’entre nous, cela ressemble à un défi. Nous avons été encouragés à multiplier les activités, à nous nourrir du « bruit et de la fureur » du monde, à considérer le silence comme stérile. Nous avons cru que la source de notre équilibre se trouvait à l’extérieur de nous.

 

Et s’il n’en était rien ? S’il suffisait, pour se ressourcer et se protéger des agressions quotidiennes, de plonger régulièrement en son for intérieur ?

Méditation.

Méditation.

Continue reading